Les Milliaires 2022 en juin et en août

« Mille Pas, Mille Temps, Mille Lieux »
 

Les Milliaires poursuivent leur marche et proposent cette année le thème des Hospitalités en lien avec la pièce d’Eschyle, Les Suppliantes et en s’associant à des partenaires locaux historiques pour créer des événements nouveaux tels les Rencontres d’Argentomagus. Lors de ces Rencontres, les Milliaires conjuguent avec le Musée des propositions artistiques et archéologiques.

Les Milliaires 2022 : du 4 au 14 août : programme Milliaires 2022

« Les Hospitalités »

La pièce des Suppliantes brosse l’histoire lyrique de cinquante malheureuses filles de Danaos qui, pour échapper au mariage forcé avec leurs cousins égyptiens, trouvent refuge dans le sanctuaire d’Héra en Argolide et demande l’asile au Roi d’Argos dont elles sont d’ailleurs originaires. Le Roi hésite longtemps : s’il accepte, il risque d’être destitué…

Avec la pièce des Suppliantes, se pose la question de l’hospitalité et de la manière dont elle a été conçue historiquement à une échelle territoriale et architecturale : dépôt de mendicité, hôtel-Dieu, hôtellerie…quelles formes d’hospitalités représentaient ces lieux et à quels besoins répondaient-ils? Nous irons dans ces lieux chercher des éléments de réponse.

Quelles sont les compositions musicales que l’on peut évoquer à ce sujet. C’est une question qui sera traitée dans une conférence et au cours du stage de chant.

Nous écouterons aussi, en musique, des textes sur l’exil à la Forteresse de Cluis-Dessous le 11 août et un concert création « Attitudes » avec piano et clarinette à la Basilique de Neuvy-St-Sépulchre le 13 août.

************

Les 2èmes Rencontres d’Argentomagus sont terminées

programme 2e Rencontres d’Argentomagus

Les Milliaires ont demandé à la Compagnie Demodocos de venir jouer la pièce d’Eschyle Les Suppliantes au théâtre romain de Saint-Marcel et à la Compagnie Homo Sapiens Decatis de jouer une pièce pour enfants Hémanbada dans l’Auditoire de justice de Saint-Marcel qui a dû être annulée faute de réservations au cœur de la canicule.

Le Musée, l’ASSAAM et les Milliaires ont organisé la venue des élèves qui ont travaillé la pièce d’Eschyle et en ont déclamé des extraits à la Fontaine Monumentale. D’autres ont lu des textes sur l’exil le 17 juin en matinée.

La supplication s’inscrit dans une « mise en scène » dont les étapes et les modalités varient dans le temps  mais suppose toujours un seuil et un passage de ce seuil : porte, ou frontière. Il faut que la porte soit ouverte, pouvoir franchir le seuil, pour être accueilli « celui qui n’est pas invité est un ennemi » Vladimir Stassov. Françoise Dumasy explique qu’à l’époque antique, les supplications s’inscrivaient dans de grandes processions qui menaient aux temples et aux autels.

Le Musée a organisé une exposition au croisement des arts et de l’archéologie toujours visible au musée d’Argentomagus et au musée de la Chemiserie

Arkeologika

Les deux artistes-plasticiennes, Anne Guibert-Lassalle, docteure en sociologie de l’art et Lydie Arnould, docteure en histoire de l’art proposent une interrogation artistique sur le thème du carroyage qui peut être décrit comme un geste technique qui consiste à poser sur un espace une structuration opaque, constituée de lignes se coupant à angles différents. Les intersections se répètent de manière régulière déterminant les segments identiques. De manière secondaire, le carroyage fait apparaître une juxtaposition de carrés d’où son nom en français.

L’installation textile présentée au Musée d’Argentomagus, est une fiction archéologique en lien avec les chantiers de fouilles, qui emprunte à la mosaïque le caractère fragmenté et plein à la fois et au textile, ses matières en fil, riches et plurielles. Cette mosaïque textile s’impose comme un objet à regarder, des matières à identifier, des reliefs et des couleurs à interpréter. Le visiteur est amené à se questionner sur les méthodes scientifiques propres aux archéologues, telles qu’elles peuvent être présentées au sein des espaces du musée et la vision proposée par des artistes plasticiennes.

 


Les commentaires sont fermés.